Ce qui motive mon geste est de faire réapparaître des sensations estivales d'un épisode où
les corps amoureux sont aux bords de la rupture l'un de l'autre. Des réminiscences de mouvements
contradictoires sont recherchées : oubli et affirmation de soi, fantasme et désillusions, sensations
de fracas et de fusion, etc.
Les transferts d'images m'ont permis de rejouer ces accidents d'apparition grâce à un pelage
de l'image à même des supports glanés. En révélant ainsi ces photographies,
elles deviennent alors des métaphores de la rupture et de l'attachement, et,
parfois, se font les fenêtres des métamorphoses de nos corps.




Vous pourrez retrouver plus d'extraits de cette série en cours lors des expositions Tranchante,
l'aurore à In plano, L'amour et la violence II, ainsi qu'à mon exposition personnelle à In plano.
: